Noticia

COMPARTIR

Roundtable on the challenges and opportunities of the education system in Guyana

(Faire défiler vers le bas pour obtenir la version française)

SUMMA and OECS organized the first of a total of eight education roundtables with representatives from the countries that make up the KIX center in Latin America and the Caribbean, where the national studies conducted by the American Institutes for Research (AIR) for KIX LAC, which deepen the understanding of educational priorities in each of them, will be presented and discussed.

On this occasion, representatives from Guyana, Dr. Roslin Khan, Dean of the Faculty of Education at the University of Guyana; Mark Lyte, President of the Guyana Teachers’ Union; and Charmaine Bissesar, Head of Online Education Services at the Center for Excellence in Teaching and Learning at the University of Guyana, discussed the diagnosis and results of the report “Challenges and Opportunities for the Education System in Guyana” conducted by AIR researchers Rebecca Stone and Naomi Ziegler. 

According to the report, the main challenges facing the education sector in Guyana are: 

The divide between the hinterland and coastal regions.
Ensuring equal access to resources, personnel and technology in all regions of the country.
Improving the efficiency and effectiveness of the public education sector in the areas of management, planning, monitoring and evaluation.
Ensure that the agenda and policy formulation in the Ministry of Education is based on the latest evidence or data.
The difficulty in getting the new education bill passed in Parliament.
The territorial disparity in the allocation of teachers.
The quality of teacher training and professional development programs.
The recruitment and retention of high quality teachers.

In this regard, Naomi Ziegler emphasized with respect to teacher preparation that “we must take into account that sometimes schools hire teachers directly without training, especially in the interior areas, and in many of these cases, they complete it while already working in the schools”. 

Specifically in reference to the challenges generated by Covid-19, and despite the negative effects of the pandemic on education, it has ushered in a period of significant innovations in distance learning. Teachers and administrators at all levels of education have adopted different technologies to reach and engage students, often for the first time. Even the Ministry of Education implemented creative solutions to reach its heterogeneous student population, including radio, television and print. 

In reference to these challenges, Mark Lyte, president of the Guyana Teachers’ Union, stated that “the pandemic affected the ways in which teachers engaged with their students face to face; when COVID arrived, the transition was too fast, they did not know how to handle the virtual tools that were implemented to continue with the classes and still, many of them need training in ICT’s so that they can be better prepared in the use of online platforms”.

Likewise, Dr. Roslin Kahn, Dean of the Faculty of Education at the University of Guyana, commented on the impact of the change in the teaching process that “parents and home conditions became an important part of learning, where in many cases conditions are not so favorable and this has implied a huge social change for everyone”.

Charmaine Bissesar, Head of Online Education Services at the University of Guyana’s Centre for Excellence in Teaching and Learning, noted that this year “we had a higher number of students enrolling during the pandemic and I think this is because of online education. Now they can access it more easily, both because of the difficulties of physical travel and because it is much cheaper than face-to-face. 

Based on the data obtained during this study and interviews with key education stakeholders in Guyana, the authors suggest that focusing on improving teacher training systems and supporting them would have a significant effect on improving the country’s education system. In addition, there is a need to provide teachers and students with more pedagogical materials developed specifically for the local context, such as textbooks, workbooks, software, among others, to support in-school or distance teaching and learning. 

Lyte commented that apart from the technological challenges that teachers have faced, the psychological and social implications should not be forgotten, “teachers have been under a lot of pressure and need psychosocial support to help them find ways to balance their family and work life, because the change from face-to-face to virtual has implied much more work for them, it has implied much more dedication and working time, even at night”.

At the end of the meeting, Dr. Javier González, director of SUMMA, thanked each of the attendees for their participation and assured that “what interests us most in the role that we have from KIX LAC is to really promote and support the priorities that have been identified and are still without agenda, especially teacher training, where our goal is to support, not only from research, but with a real impact and institutional and policy changes that can be useful for Guyana”.

Also participating were Florencio Ceballos, senior Program Specialist with the Knowledge Innovation Exchange KIK at IDRC; Raúl Chacón, director of KIX LAC; and Ivana Zacarias, researcher at KIX LAC.


Table ronde sur les défis et les opportunités du système éducatif en Guyane

SUMMA et l’OECS ont organisé la première des huit tables rondes sur l’éducation avec des représentants des pays du KIX Amérique latine et Caraïbes afin de présenter et de discuter des études nationales menées par les American Institutes for Research (AIR) pour le KIX LAC, qui permettent de mieux comprendre les priorités en matière d’éducation dans chaque pays.

À cette occasion, des représentants de la Guyane, le Dr Roslin Khan, doyen de la faculté d’éducation de l’université de Guyane, Mark Lyte, président du syndicat des enseignants de Guyane, et Charmaine Bissesar, responsable des services d’éducation en ligne au centre d’excellence de l’enseignement et de l’apprentissage de l’université de Guyane, ont discuté du diagnostic et des résultats du rapport “Challenges and Opportunities for the Education System in Guyana” réalisé par les chercheuses de l’AIR Rebecca Stone et Naomi Ziegler.
Selon le rapport, les principaux défis auxquels est confronté le secteur de l’éducation en Guyane sont les suivants:

 

Le fossé entre l’arrière-pays et les régions côtières.
Garantir l’égalité d’accès aux ressources, au personnel et aux technologies dans toutes les régions du pays.
Améliorer l’efficience et l’efficacité du secteur de l’enseignement public dans les domaines de la gestion, de la planification, du suivi et de l’évaluation.
Veiller à ce que l’agenda et la formulation des politiques au sein du ministère de l’éducation soient fondés sur les preuves ou les données les plus récentes.
La difficulté de faire passer le nouveau projet de loi sur l’éducation au Parlement.
Disparité territoriale dans le déploiement des enseignants.
La qualité des programmes de formation et de développement professionnel des enseignants.
Recrutement et rétention d’enseignants de grande qualité.

Dans ce sens, Naomi Ziegler a souligné, en ce qui concerne la préparation des enseignants, que “nous devons tenir compte du fait que parfois les écoles embauchent directement des enseignants sans formation, surtout dans les régions intérieures, et dans beaucoup de ces cas, ils la complètent tout en travaillant déjà dans les écoles”.

En ce qui concerne spécifiquement les défis générés par Covid-19, et malgré les effets négatifs de la pandémie sur l’éducation, elle a ouvert une période d’innovation significative dans l’enseignement à distance. Les enseignants et les administrateurs de tous les niveaux d’enseignement ont adopté différentes technologies pour atteindre et faire participer les élèves, souvent pour la première fois. Même le ministère de l’éducation a mis en œuvre des solutions créatives pour atteindre sa population étudiante hétérogène, notamment la radio, la télévision et la presse écrite.

En référence à ces défis, Mark Lyte, président du syndicat des enseignants de Guyana, a déclaré que “la pandémie a affecté la manière dont les enseignants s’engageaient avec leurs étudiants en face à face ; lorsque le COVID est arrivé, la transition a été trop rapide, ils ne savaient pas comment gérer les outils virtuels qui ont été mis en œuvre pour poursuivre les cours et encore, beaucoup d’entre eux ont besoin d’une formation en TIC afin d’être mieux préparés à l’utilisation des plateformes en ligne”.

De même, le Dr Roslin Kahn, doyen de la faculté d’éducation de l’université de Guyana, a commenté l’impact du changement dans le processus d’enseignement en disant que “les parents et les conditions de vie à la maison sont devenus une partie importante de l’apprentissage, alors que dans de nombreux cas, les conditions ne sont pas si favorables et cela a signifié un énorme changement social pour tout le monde”.

Charmaine Bissesar, responsable des services d’éducation en ligne au Centre d’excellence pour l’enseignement et l’apprentissage de l’université de Guyane, a fait remarquer que cette année “nous avons eu un nombre plus élevé d’étudiants qui se sont inscrits pendant la pandémie et je pense que c’est grâce à l’éducation en ligne. Aujourd’hui, ils peuvent y accéder plus facilement, à la fois en raison des difficultés liées aux déplacements physiques et parce que c’est beaucoup moins cher que le face-à-face.

Sur la base des données obtenues au cours de cette étude et des entretiens avec les principales parties prenantes de l’éducation en Guyane, les auteurs suggèrent que se concentrer sur l’amélioration des systèmes de formation des enseignants et les soutenir aurait un effet significatif sur l’amélioration du système éducatif du pays. En outre, il est nécessaire de fournir aux enseignants et aux apprenants davantage de matériel pédagogique développé spécifiquement pour le contexte local, comme des manuels, des cahiers d’exercices, des logiciels, entre autres, pour soutenir l’enseignement et l’apprentissage à l’école ou à distance.

Selon Lyte, outre les défis technologiques auxquels les enseignants ont été confrontés, il ne faut pas oublier les implications psychologiques et sociales : “les enseignants ont été soumis à une forte pression et ont besoin d’un soutien psychosocial pour les aider à trouver des moyens d’équilibrer leur vie familiale et professionnelle, car le passage du face-à-face au virtuel a impliqué beaucoup plus de travail pour eux, beaucoup plus de dévouement et de temps de travail, même la nuit”.

A la fin de la réunion, le Dr. Javier González, directeur de SUMMA, a remercié tous les participants pour leur participation et a assuré que “ce qui nous intéresse le plus dans le rôle que nous avons de KIX LAC est de vraiment promouvoir et soutenir les priorités qui ont été identifiées et qui sont toujours sans ordre du jour, en particulier la formation des enseignants, où notre objectif est de soutenir, non seulement à partir de la recherche, mais avec un impact réel et des changements institutionnels et des politiques qui peuvent être utiles pour la Guyane”.

Ont également participé Florencio Ceballos, spécialiste de programme du Knowledge Innovation Exchange KIK au CRDI, Raul Chacon, directeur de KIX LAC, et Ivana Zacarias, chercheuse à KIX LAC.