Atelier sur le « Renforcement des capacités pour l’élaboration de politiques relatives aux enseignants en Amérique centrale et dans les Caraïbes »

Oct 28, 2021 | Kix

Compartir

 

L’atelier intitulé « Renforcement des capacités pour l’élaboration de politiques relatives aux enseignants en Amérique centrale et dans les Caraïbes » était organisé par SUMMA, l’Organisation des États des Caraïbes orientales (OECS), le CRDI, et coorganisé par KIX LAC et l’UNESCO. 

L’objectif de la réunion était de renforcer la connaissance et la compréhension du processus d’élaboration, des dimensions et de la mise en œuvre de la politique relative aux enseignants présenté dans le « Guide pour l’élaboration de la politique relative aux enseignants », un outil développé par le Groupe de travail international sur les enseignants qui vise à contribuer à l’élaboration d’une politique fondée sur des preuves spécifiques à chaque contexte national et basée sur l’expérience des bonnes pratiques d’un large éventail de pays et d’organisations.

Raúl Chacón, directeur de KIX LAC, a accueilli et remercié les plus de 59 participants, représentants des ministères de l’éducation du Salvador, de la Grenade, du Guatemala, de la Guyane, d’Haïti, du Honduras, du Nicaragua, de Sainte-Lucie et de Saint-Vincent-et-les-Grenadines pour leur participation, notant qu' »il est essentiel d’avoir un espace comme celui-ci pour le dialogue entre les représentants des ministères de l’éducation afin de connaître les efforts que les pays font en matière de politique des enseignants. Je voudrais souligner la nécessité d’inclure les enseignants, les unions et les syndicats dans les discussions nationales sur le développement des enseignants dès les premières étapes, et d’être en mesure de prendre en compte les multiples perspectives pour relever les défis auxquels les décideurs politiques et les responsables de la mise en œuvre sont confrontés. En effet, la prise de décision ne consiste pas à simplifier les preuves, mais à se demander consciemment comment ces preuves sont effectivement liées aux processus de décision politique.

Selon les données du rapport GEM (UNESCO/SUMMA (version anglaise ou espagnole), les enseignants ont besoin de plus de soutien pour relever le défi de la diversité et ne se voient souvent pas offrir de possibilités de développement professionnel continu. Bien que 70 % des pays de la région disposent de lois ou de politiques prévoyant la formation des enseignants à l’inclusion, plus de 50 % d’entre eux ont déclaré manquer de formation professionnelle pour enseigner aux élèves ayant des besoins spécifiques.

En outre, les principaux défis pour la formation des enseignants sont le manque de qualifications professionnelles, le manque d’enseignants dans les écoles rurales, le faible nombre d’enseignants dans certaines disciplines et les faibles conditions d’accès à la carrière d’enseignant.

Florencio Ceballos, spécialiste principal de programme au CRDI, a déclaré que « la réunion d’aujourd’hui est très importante et nous sommes heureux d’avoir la voix de tous les ministères, car bien souvent, les décisions et les politiques sont prises uniquement sur la base de preuves, mais nous pensons qu’il est encore plus important de créer des espaces de dialogue commun et de générer des processus de discussion plus inclusifs, en intégrant d’autres acteurs et d’autres voix à ces processus ». Au cours de l’atelier, des discussions ont eu lieu sur la situation actuelle dans les pays et les projets qui sont menés pour améliorer le développement professionnel des enseignants.

Le Dr Carlos Vargas Tamez, chef de la Section pour le développement des enseignants de l’UNESCO et du secrétariat du groupe de travail international, Peter Wallet, spécialiste du programme, et Emilia Soto, de Teachers for Education 2030 (TTF), ont présenté le guide, qui détaille les dimensions suivantes : normes pour les enseignants, distribution équitable, emploi et conditions de travail, récompenses et rémunération, et développement professionnel.

Les participants à la réunion étaient Talia Miranda (GPE) ; Jesica Medina (Honduras) ; Lucidalia Carranza (Honduras) ; Michelle Brathwaite et Glenroy George (Grenade) ; Quenita Walrond Lewis (Guyana) ; Talia Miranda, spécialiste principale en éducation (TTF) ; Keith Thomas ; Dixton Findlay et Idelia Ferdinand (Saint-Vincent-et-les-Grenadines) ; Claudia Louis (Sainte-Lucie) ; Gustave Joseph et Bayard Lapommeray (Haïti) ; Yeni Rivas, Juan Carlos Fernández et Carlos Rodríguez (El Salvador) ; Amalia Cujcuy Colaj, Rossen Jenniffer Mirón, Idania Vanessa Lopez et María Angélica Morales (Guatemala) ; Luis Minero (El Salvador) ; Alina Gonzalez, Mirtha Bejarano et Martha Illescas (Nicaragua).

Contenido relacionado

Socios estratégicos

Loading...

Pin It on Pinterest