Les cadres juridiques peuvent protéger le droit à l’éducation des peuples autochtones en Amérique latine

Août 26, 2021 | Kix

Compartir

UNICEF/UN0490964 Willocq

Par le Rapport mondial de suivi sur l’éducation (Rapport GEM), SUMMA, et le Bureau régional pour l’éducation en Amérique latine et dans les Caraïbes (OREALC/UNESCO Santiago).

La commémoration de la Journée internationale des peuples autochtones du monde, célébrée tous les 9 août, a pour thème cette année « Ne laisser personne de côté : les peuples autochtones et l’appel à un nouveau contrat social ».  Cette initiative vise à reconnaître les efforts déployés par les pays de toutes les régions du monde pour promouvoir le droit à l’éducation des peuples autochtones dans leurs cadres juridiques et politiques et pour élaborer des stratégies visant à assurer la continuité de l’enseignement pendant la pandémie. Le Chili est sur le point de modifier sa constitution dans le cadre d’un processus historique mené par une femme et enseignante mapuche. D’autres pays pourraient-ils envisager de faire de même ?

Environ 60 millions de personnes en Amérique latine et aux Caraïbes – selon la CEPALC – appartiennent à des peuples indigènes, qui constituent un groupe historiquement exclu des possibilités d’éducation, et dont les droits à une éducation de qualité et culturellement pertinente ont été violés.

Le scénario supplémentaire de Covid-19 a imposé un impact plus important sur les communautés autochtones et leurs systèmes éducatifs. Comme le montre le rapport préparé par SUMMA, le rapport GEM de l’UNESCO et l’UNESCO-OREALC Santiago, Todos y todas sin excepción, pour l’Amérique latine et les Caraïbes, les peuples autochtones et les personnes d’ascendance africaine ont des taux de réussite et d’alphabétisation inférieurs à ceux du reste de la population. Au Paraguay et au Honduras, 32% des hommes et des femmes autochtones sont analphabètes, tandis qu’au Panama, en 2016, 21% des hommes autochtones âgés de 20 à 24 ans avaient terminé leurs études secondaires, contre 61% de leurs pairs non autochtones.

L’inclusion implique un processus de réforme systémique qui implique des changements et des modifications dans le contenu, les méthodes d’enseignement, les approches, les structures et les stratégies de l’éducation afin que tous les apprenants aient une expérience d’apprentissage équitable et participative, et dans un environnement approprié qui répond à leurs besoins et à leurs préférences. Cela nécessite des politiques et des cadres juridiques solides qui favorisent la non-discrimination et le droit à une éducation culturellement pertinente pour tous.

Le droit à la non-discrimination est inscrit dans huit conventions internationales, mais seuls huit pays d’Amérique latine (Argentine, État plurinational de Bolivie, Brésil, Chili, Équateur, Guatemala, Honduras et Pérou) ont ratifié toutes ces conventions. La Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l’enseignement et la Convention 169 de l’OIT relative aux peuples indigènes et tribaux, qui encourage l’adoption de mesures visant à garantir aux membres des peuples indigènes la possibilité d’acquérir une éducation dans des conditions d’égalité à tous les niveaux d’enseignement, ainsi que le respect et l’enseignement de la langue indigène sont, malheureusement, les conventions les moins ratifiées dans la région. En revanche, parmi les conventions les plus ratifiées, la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale se distingue.

Les pays de la région ont adopté une large conceptualisation de l’inclusion dans l’éducation dans leurs cadres législatifs et politiques et sont des exemples mondiaux de politiques sociales innovantes. Selon une analyse basée sur les examens PEER (Profiles Enhancing Education Reviews) du rapport GEM, 64 % des pays d’Amérique latine et des Caraïbes disposent de cadres législatifs et politiques qui favorisent l’inclusion dans l’éducation des groupes ethniques et des populations autochtones et 59 % encouragent l’enseignement dans la langue maternelle, ce qui est supérieur aux moyennes mondiales.

Selon un aperçu de l’Amérique latine, dans plus de la moitié des pays, les politiques éducatives font référence aux minorités indigènes, afro-descendantes et linguistiques sous les titres d’éducation bilingue interculturelle, d’éducation indigène ou d’ethno-éducation (Corbetta et al., 2020).

Malgré les progrès réalisés dans la ratification des engagements internationaux et le développement de cadres juridiques nationaux, le rapport régional Todos y todas sin excepción montre un écart croissant entre ces engagements pris par les États et les progrès réels des politiques et programmes adaptés à la réalité des peuples autochtones.

Initiatives visant à garantir le droit des populations autochtones à l’éducation pendant la pandémie

Alors que les groupes marginalisés sont confrontés à un recul de leur droit à l’éducation en raison de la pandémie, plusieurs pays de la région ont élaboré des stratégies visant à garantir la continuité de l’enseignement pour les étudiants autochtones. La Colombie a publié une série de lignes directrices pour l’attention éducative dans le cadre d’un système d’alternance pour les peuples autochtones, en dialogue avec les autorités propres des peuples autochtones et le gouvernement territorial. Au Mexique, le ministère de l’éducation publique a mis en œuvre le programme « Aprendo en Casa », une proposition visant à produire 4 500 programmes de télévision et 600 programmes de radio en espagnol et dans les langues autochtones. Avec l’Institut national des peuples indigènes (INPI), ils ont signé un accord de collaboration visant à promouvoir l’éducation indigène, interculturelle et multilingue des peuples autochtones du pays. En Bolivie, la plateforme de télé-enseignement a intégré des contenus en aymara, quechua et guarani pour renforcer l’enseignement à distance pendant la pandémie.

Selon un rapport de l’UNICEF, au Pérou, des programmes d’enseignement à distance sont proposés dans 9 des 47 langues indigènes, tandis qu’au Paraguay, les programmes éducatifs sont uniquement diffusés sur les radios communautaires dans 4 des 19 peuples indigènes.

Donner la priorité au droit à l’éducation pour tous

La déclaration de la réunion World Education 2020, adoptée en octobre de la même année par les États membres de l’UNESCO, appelait à donner la priorité au financement de l’éducation et à le protéger ; à rouvrir les écoles de manière sûre et progressive ; à renforcer et à rendre leur dignité aux enseignants, aux directeurs d’école et aux autres personnels de l’éducation ; à récupérer l’apprentissage et à réduire les écarts d’apprentissage ; à réduire la fracture numérique et à promouvoir la connectivité comme un droit ; et à approfondir la coopération et la solidarité entre les pays, le développement de partenariats et la coordination régionale et intersectorielle.

Si la Journée internationale des peuples autochtones appelle à un nouveau contrat social, nous suggérons que celui-ci consiste à réévaluer les cadres juridiques et politiques des pays afin de s’assurer qu’ils protègent réellement les laissés-pour-compte. La pandémie peut devenir l’occasion de revoir le processus éducatif pour les étudiants autochtones, en tenant compte de leurs difficultés et de leurs besoins.

L’appel est lancé aux pays de la région pour qu’ils donnent la priorité à l’inclusion et à l’équité dans l’éducation dans une perspective de droits de l’homme et conformément aux normes internationales en la matière. On s’attend également à ce que les États membres de la région continuent à renforcer l’investissement dans les systèmes éducatifs, et que ceux-ci répondent aux demandes à long terme de reconnaissance et de valorisation de la diversité, en promouvant des propositions éducatives interculturelles et de qualité pour tous, tout au long de la vie.

Contenido relacionado

Socios estratégicos

Loading...

Pin It on Pinterest