Roundtable on the challenges and opportunities of the education system in Haiti

May 24, 2021 | kix, News

Share

(Faire défiler vers le bas pour obtenir la version française)

 

SUMMA and OECS organized the second working group on education with representatives of the Ministry of Education and Haitian civil society organizations. During the meeting, the results of the national study, conducted by researchers Rebecca Stone and Naomi Ziegler of the American Institutes for Research (AIR) for KIX LAC, were presented, which delves into the current situation and educational priorities in this Caribbean country.

Javier González, director of SUMMA, thanked the attendees for their participation and said that “the great challenge we have is not only to raise the current situation of education in Haiti, but to work on concrete solutions. We at KIX LAC hope to be facilitators of dialogue between the parties and to contribute to the improvement of the challenges that impede the proper functioning of the educational system”.

According to the report, the challenges facing education in Haiti are mainly that most of the budget goes to teachers’ salaries and little is left for educational initiatives; low student achievement; division among the different actors in the education sector; instability of ministers; and disagreement over whether the language of instruction should be French or Kreyol, to name a few.

Bayard Lapommeray, director of the Studies and Programming Unit of the Ministry of Education and representative for Haiti at KIX LAC, expressed the clarity of the situation presented in the report and assured that “Education in Haiti needs to focus primarily on teacher training and education in social and political issues, bilingualism of teachers, and investment in physical infrastructure to accompany the welfare and conditions for the teaching of classes”. In this sense, he assured that “If we invest in education, we will be able to solve these problems. The Ministry’s priority is to work hand in hand with the teachers’ unions on the factors that must be taken into account, such as salaries, working conditions, professional training, among others, so that the system can be reformed to achieve results”.

A household survey conducted in 2016-17, 48% of Haitian households have a radio, 30.1% have a television, 75.9% have a cell phone, 7.2% have a computer, 21.2% have an internet connection and 41% have electricity. The percentages are lower in rural areas, where, for example, only 2.1% of rural households own a computer. These realities indicate that it is necessary to develop distance learning materials for dissemination, both electronic and on paper.

William Thelusmond, secretary general of the Education for All Coalition (EFA) and representative for Haiti at KIX LAC, thanked the researchers and SUMMA for the initiative to carry out this study and assured that work must continue to be done to defend and share the work in education policies. “We work with national authorities, international organizations and representatives of civil society at rural, national and regional levels, that is why we find the recommendations very useful and we will add some priority points that we consider should be taken into account, such as the training of teachers in social and political issues of the country.”

Based on the data obtained during this study and interviews with key education stakeholders in Haiti, the authors suggest that focusing on improving teacher training systems and supporting them would have a significant effect on improving the country’s education system. In addition, there is a need to invest in the physical structure, provide teachers and students with more pedagogical materials developed specifically for the local context and in both French and Kreyol languages, such as textbooks, workbooks, software, among others, to support in-school or distance teaching and learning. 

Margarita Lopez, program manager of the Knowledge Innovation Exchange KIK at IDRC, thanked the Haitian representatives for their active participation in the various educational projects being carried out in the country, and shared the leading role of teachers “They are actors at the local level in schools who can test innovative solutions to future problems”.

Participants included Raúl Chacón, director of KIX LAC; Ivana Zacarias and Maciel Morales, KIX LAC researchers; and Mar Botero, coordinator of Knowledge Transfer and Community Management.

 

Table ronde sur les défis et les opportunités du système éducatif en Haïti

SUMMA et l’OECS ont organisé le deuxième groupe de travail sur l’éducation avec des représentants du ministère de l’éducation et des organisations de la société civile en Haïti. Au cours de la réunion, les résultats de l’étude nationale, menée par les chercheuses Rebecca Stone et Naomi Ziegler de l’American Institutes for Research (AIR) pour KIX LAC, ont été présentés. Cette étude examine la situation actuelle et les priorités en matière d’éducation dans ce pays des Caraïbes.

Javier González, directeur de SUMMA, a remercié les participants pour leur participation et a assuré que “le grand défi que nous devons relever n’est pas seulement d’évoquer la situation actuelle de l’éducation en Haïti, mais de travailler sur des solutions concrètes. Nous espérons de KIX LAC être des facilitateurs du dialogue entre les parties et contribuer à l’amélioration des défis qui empêchent le bon fonctionnement du système éducatif”.

Selon le rapport, les défis auxquels est confrontée l’éducation en Haïti sont principalement les suivants : la majeure partie du budget est consacrée aux salaires des enseignants et il en reste peu pour les initiatives éducatives ; les faibles résultats des élèves ; la division entre les différents acteurs du secteur de l’éducation ; l’instabilité des ministres ; et le désaccord sur la question de savoir si la langue d’enseignement doit être le français ou le créole, pour n’en citer que quelques-uns.

Bayard Lapommeray, directeur de l’unité d’études et de programmation du ministère de l’éducation et représentant d’Haïti auprès de KIX LAC, a exprimé la clarté de la situation présentée dans le rapport et a assuré que “l’éducation en Haïti doit se concentrer principalement sur la formation des enseignants et l’éducation aux questions sociales et politiques, le bilinguisme des enseignants, et l’investissement dans les infrastructures physiques qui accompagnent le bien-être et les conditions d’enseignement des classes”. En ce sens, il a assuré que “si nous investissons dans l’éducation, nous serons en mesure de résoudre ces problèmes. La priorité du ministère est de travailler main dans la main avec les syndicats d’enseignants sur les facteurs à prendre en compte tels que les salaires, les conditions de travail, la formation professionnelle, entre autres, afin de réformer le système pour obtenir des résultats”.

Selon une enquête sur les ménages réalisée en 2016-17, 48 % des ménages haïtiens ont une radio, 30,1 % une télévision, 75,9 % un téléphone portable, 7,2 % un ordinateur, 21,2 % une connexion internet et 41 % l’électricité. Les pourcentages sont plus faibles dans les zones rurales, où, par exemple, seuls 2,1 % des ménages ruraux possèdent un ordinateur. Ces réalités indiquent qu’il est nécessaire d’élaborer des matériels d’apprentissage à distance à diffuser, tant sous forme électronique que sur papier.

William Thelusmond, Secrétaire Général de la Coalition Education pour Tous (EPT) et représentant d’Haïti au sein de KIX LAC, a remercié les chercheurs et SUMMA pour l’initiative de réaliser cette étude et a assuré qu’il faut continuer à travailler pour défendre et partager le travail dans les politiques éducatives. “Nous travaillons avec les autorités nationales, les organisations internationales et les représentants de la société civile aux niveaux rural, national et régional, c’est pourquoi nous trouvons les recommandations très utiles et nous ajouterons certains points prioritaires qui nous semblent devoir être pris en compte, par exemple, la formation des enseignants aux questions sociales et politiques du pays”.

Sur la base des données obtenues au cours de cette étude et des entretiens avec les principaux acteurs de l’éducation en Haïti, les auteurs suggèrent que se concentrer sur l’amélioration de la formation des enseignants et des systèmes de soutien aurait un effet significatif sur l’amélioration du système éducatif du pays. En outre, il est nécessaire d’investir dans la structure physique, de fournir aux enseignants et aux étudiants davantage de matériel pédagogique développé spécifiquement pour le contexte local et en français et en créole, comme des manuels, des cahiers d’exercices, des logiciels, entre autres, pour soutenir l’enseignement et l’apprentissage à l’école et à distance. 

Margarita Lopez, gestionnaire du programme Knowledge Innovation Exchange KIK au CRDI, a remercié les représentants haïtiens pour leur participation active aux différents projets éducatifs menés dans le pays, et a souligné le rôle prépondérant des enseignants : ” Ils sont des acteurs au niveau local dans les écoles qui peuvent tester des solutions innovantes aux problèmes futurs “.

Raúl Chacón, directeur de KIX LAC; Ivana Zacarias et Maciel Morales, chercheurs à KIX LAC ; et Mar Botero, coordinateur du transfert de connaissances et de la gestion communautaire, ont participé à l’événement.

Strategic partners

Loading...

Pin It on Pinterest