SUMMA, OECS, KIX and teachers’ unions discuss the challenges of teachers’ professional development

Mar 11, 2021 | kix, News

Share

(Faire défiler vers le bas pour obtenir la version française)

 

SUMMA, OECS and KIX Global organized the first working meeting with the leaders of teachers’ colleges and teachers’ unions of the KIX LAC member countries, under the theme “Innovations for Teacher Professional Development, what role do teachers’ colleges play?”

The meeting provided an opportunity to learn about the current situation and the challenges faced by teachers in Dominica, Grenada, Honduras and St. Vincent and the Grenadines in the performance of their daily work in the classroom, especially those generated by the modification of the context by COVID-19.

In his welcoming remarks, Javier González, director of SUMMA, highlighted the importance of the meeting: “We are very interested in hearing what you have to say for the generation of new content, to promote KIX and to promote the work of teachers for the benefit of student communities”. Likewise, he assured that “the mobilization of evidence is of great value for teachers’ unions or schools, since it has the capacity to empower critical actors to advance educational reforms”.

Florencio Ceballos, from IDRC, valued the time dedicated to the meeting and reaffirmed the objective of involving all the actors in the educational field. “We think it is a good start to have working spaces with the unions since they are often left aside at the time of building educational policies. We would like to strengthen this relationship, because they are a key actor in education processes and it is essential to consider the voice of teachers at the discussion tables,” he said.

Raúl Chacón, KIX Director for Latin America and the Caribbean, thanked the participants for their participation and the importance of the meeting, and emphasized that “we want to enhance their contributions to the discussion on education policy, to be a platform that promotes more spaces for dialogue to deepen the challenges and opportunities to advance in teacher development in the countries of the region”. 

During the meeting, a presentation was made on the project “Adaptation and scaling up of approaches to teacher professional development” carried out in Honduras, which states that in order to improve education systems, especially in developing countries, trained teachers with good levels of training are required to provide quality education. Its objective is to contextualize, adapt and test teacher education models at scale, which are those that take advantage of information and communication technologies, guaranteeing equity and inclusion in the access and quality of teacher training processes.

In reference to this, Dante Castillo, director of SUMMA’s Innovation area, commented that “based on the experience we have developed working together with the Honduran Ministry of Education, we have been able to identify and contextualize strategies in other countries in the region and the world, in order to identify which are the best practices to replicate and implement. We identified 11 experiences to understand how initiatives offer and organize different teacher training programs in Argentina, Chile, Colombia, Costa Rica, Mexico and Peru”.

Some results show that in LAC there are almost 7 million teachers working in the classroom, 75% of whom are women, who face challenges such as lower salaries compared to other similar professions and low social esteem.

During the exchange, the teachers shared the main challenges generated by COVID-19 that they currently face in their countries:

Daniel Esponda, Training Director of the Colegio Profesional Unión Magisterial de Honduras, ¨The main challenges have to do with the origin of the problem and the structure we have. In the year 2000 the organic law was changed, and in our College we now have a training secretariat, and we allocate resources to form the 18 departments, but our program is not accredited, nor does the State recognize what is being done.

Oveniel Flores, president of Colegio Profesional Superación Magisterial Hondureño, “in Honduras, teachers were and are part of the solution, we adapted to the rapid implementation of digital platforms in many areas of the country, betting on our own creativity to adapt to the new reality in working with students … we need strong support in training, professionalization, in improving our skills, we need preparation on how to develop educational processes to avoid exclusion, inequality and that many children are left out of the education system”. 

Oswald Robinson, president of the St. Vincent and the Grenadines Teachers’ Union, “in St. Vincent and the Grenadines, the lack of internet connectivity has not had much impact, mainly on learning, both for teachers and students, since almost 90% of the people do not have the possibility of accessing electronic devices, how to manage a virtual class, how to generate online pedagogical tools. We are not sure how long a class should last, that is why we need more knowledge and to be able to train teachers in time management and how to make classes more interactive so as not to lose students’ attention. We need to embrace technology.

Mervin Alexander, president of the Dominica Teachers Association “In Dominica we also have situations of devices and connectivity. After Hurricane Maria, the island is still not fully connected, so it is still a problem for our teachers. However, a mixed approach, face-to-face and online, was tried to train teachers in ICT ́s and more and more we are promoting teaching this way. We are trying to do the best we can with what we have.”

Frankson Marshall, Grenada Teachers Union “In Grenada we constantly invite teachers for continuous training, but most are not attracted to further training because they have to spend a lot of money, and then there is no remuneration commensurate with their level of professionalization. There should be a salary commensurate with this and thus have an incentive to continue professionalizing”. 

The participants of the meeting were: Florencio Ceballos – KIX – IDRC program officer; Margarita Lopez, KIX – IDRC program officer; Javier Gonzalez, SUMMA director; Daniel Esponda, training secretary Colegio Profesional Union Magisterial de Honduras; Mervin Alexander, president Asociación de Profesores de Dominica; Oveniel Flores, president Colegio Profesional Superación Magisterial Hondureño; Frankson Marshall, Unión de Profesores de Granada; Oswald Robinson, president Sindicato de Profesores de San Vicente y las Granadinas; Sonia Rees, OECS; Raúl Chacón, director KIX LAC; Rosa Moncada, Dante Castillo, Ivana Zacarias, researcher KIX LAC and Andrea Lagos, coordinator of Teacher Training – Area of Innovative Policies and Practices SUMMA.

The Knowledge and Innovation Exchange hub (KIX) of Latin America and the Caribbean (LAC) is a joint initiative of the Global Partnership for Education – GPE – and the International Development Research Centre (IDRC), which brings together various stakeholders in education. The regional network is led by SUMMA (Educational Research and Innovation Laboratory for Latin America and the Caribbean), and the Organization of Eastern Caribbean States, and aims to contribute to the strengthening of education systems in partner countries: Dominica, Grenada, Guyana, Haiti, Honduras, Nicaragua, Saint Lucia, and Saint Vincent and the Grenadines.

KIX connects expertise, innovation and knowledge to help developing countries build stronger education systems and move towards SDG 4: inclusive and equitable quality education for all.

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

 

SUMMA, OECS, KIX et les syndicats d’enseignants discutent des défis du développement professionnel des enseignants

SUMMA, l’OECS et KIX Global ont organisé la première réunion de travail avec les dirigeants des collèges d’enseignants et des syndicats d’enseignants des pays membres de KIX LAC, sous le thème “Innovations pour le développement professionnel des enseignants, quel rôle jouent les collèges d’enseignants ?”.

La réunion a permis de prendre connaissance de la situation actuelle et des défis auxquels sont confrontés les enseignants de la Dominique, de la Grenade, du Honduras et de Saint-Vincent-et-les-Grenadines dans l’accomplissement de leur travail quotidien en classe, notamment ceux générés par la modification du contexte par COVID-19.

Dans son mot de bienvenue, Javier González, directeur de SUMMA, a souligné l’importance de la réunion : “Nous sommes très intéressés d’entendre ce que vous avez à dire pour la génération de nouveaux contenus, pour promouvoir le KIX et valoriser le travail des enseignants au profit des communautés d’étudiants”. Il a également assuré que “la mobilisation des preuves est d’une grande valeur pour les syndicats d’enseignants ou les écoles, car elle a la capacité de donner aux acteurs critiques les moyens de faire avancer les réformes éducatives”.

Florencio Ceballos, du CRDI, a apprécié le temps consacré à la réunion et a réaffirmé l’objectif d’impliquer tous les acteurs du domaine de l’éducation. “Nous pensons que c’est un bon début d’avoir des espaces de travail avec les syndicats, car ils sont souvent laissés de côté lorsqu’il s’agit de construire des politiques éducatives. Nous souhaitons renforcer cette relation, car ils sont un acteur clé des processus éducatifs et il est essentiel de prendre en compte la voix des enseignants aux tables de discussion”, a-t-il déclaré.

Raúl Chacón, directeur du KIX pour l’Amérique latine et les Caraïbes, a remercié pour la participation et l’importance de la réunion, et a souligné que “nous voulons renforcer leurs contributions à la discussion sur la politique de l’éducation, d’être une plate-forme qui favorise plus d’espaces de dialogue pour approfondir les défis et les possibilités de faire progresser le développement des enseignants dans les pays de la région”. 

Au cours de la réunion, une présentation a été faite sur le projet “Adaptation et mise à l’échelle des approches du développement professionnel des enseignants” réalisé au Honduras. Selon ce projet, afin d’améliorer les systèmes éducatifs, en particulier dans les pays en développement, il est nécessaire de disposer d’enseignants qualifiés ayant un bon niveau de formation pour fournir une éducation de qualité. Son objectif est de contextualiser, d’adapter et de tester des modèles de formation des enseignants à l’échelle, qui sont ceux qui tirent parti des technologies de l’information et de la communication, garantissant l’équité et l’inclusion dans l’accès et la qualité des processus de formation des enseignants.

À ce propos, Dante Castillo, directeur de l’espace Innovation de SUMMA, a déclaré que “grâce à l’expérience que nous avons développée en travaillant avec le ministère de l’Éducation du Honduras, nous avons pu identifier et contextualiser les stratégies dans d’autres pays de la région et du monde, afin de déterminer quelles sont les meilleures pratiques à reproduire et à mettre en œuvre. Nous avons identifié 11 expériences pour comprendre comment les initiatives offrent et organisent différents programmes de formation des enseignants en Argentine, au Chili, en Colombie, au Costa Rica, au Mexique et au Pérou.

Certains résultats montrent qu’en ALC, près de 7 millions d’enseignants travaillent dans les salles de classe, dont 75 % sont des femmes, qui sont confrontées à des défis tels que des salaires inférieurs à ceux d’autres professions similaires et une faible valeur sociale.

Pendant l’espace d’échange, les enseignants ont partagé les principaux défis générés par COVID-19 auxquels ils sont actuellement confrontés dans leur pays :

Daniel Esponda, directeur de la formation au Colegio Profesional Unión Magisterial de Honduras, “Les principaux défis sont liés à l’origine du problème et à la structure que nous avons. En 2000, la loi organique a été modifiée, et dans notre collège, nous avons maintenant un secrétariat de formation, et nous allouons des ressources pour former les 18 départements, mais notre programme n’est pas accrédité, et l’État ne reconnaît pas ce qui est fait”.

Oveniel Flores, président du Colegio Profesional Superación Magisterial Hondureño, “au Honduras, les enseignants étaient et sont une partie de la solution, nous nous sommes adaptés à la mise en œuvre rapide des plates-formes numériques dans de nombreuses régions du pays, en pariant sur notre propre créativité pour s’adapter à la nouvelle réalité dans le travail avec les étudiants … Nous avons besoin d’un soutien fort dans la formation, la professionnalisation, dans l’amélioration de nos compétences, nous avons besoin de préparation sur la façon de développer des processus éducatifs qui empêchent l’exclusion, l’inégalité et que de nombreux enfants soient laissés de côté du système éducatif”. 

Oswald Robinson, président du syndicat des enseignants de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, “à Saint-Vincent-et-les-Grenadines, le manque de connectivité à Internet n’a pas eu beaucoup d’impact, principalement dans l’apprentissage, à la fois des enseignants et des étudiants, puisque près de 90% des personnes n’ont pas la capacité d’accéder aux appareils électroniques, comment gérer une classe virtuelle, de générer des outils d’enseignement en ligne. Nous ne savons pas combien de temps un cours doit durer, c’est pourquoi nous avons besoin de plus de connaissances et de pouvoir former les enseignants à la gestion du temps et à la manière de rendre les cours plus interactifs afin de ne pas perdre l’attention des élèves. Nous devons adopter la technologie.

Mervin Alexander, président de l’Association des enseignants de la Dominique “En Dominique, nous avons également des problèmes d’appareils et de connectivité. Après l’ouragan Maria, l’île n’est toujours pas entièrement connectée, ce qui constitue toujours un problème pour nos enseignants. Cependant, une approche mixte, en face à face et en ligne, a été essayée pour former les enseignants aux TIC ́ et nous encourageons de plus en plus l’enseignement de cette manière. Nous essayons de faire du mieux que nous pouvons avec ce que nous avons”.

Frankson Marshall, Grenada Teachers’ Union “À la Grenade, nous invitons constamment les enseignants à suivre une formation continue, mais la plupart d’entre eux ne sont pas attirés par la formation continue parce qu’ils doivent dépenser beaucoup d’argent, et qu’il n’y a ensuite aucune rémunération correspondant à leur niveau de professionnalisation. Il devrait y avoir un salaire à la hauteur de cela et ainsi avoir une incitation à poursuivre la professionnalisation”. 

Les participants à la réunion étaient : Florencio Ceballos – Chargé de programme KIX – CRDI ; Margarita Lopez, Chargée de programme KIX – CRDI ; Javier Gonzalez, Directeur de SUMMA ; Daniel Esponda, Secrétaire de formation Colegio Profesional Union Magisterial de Honduras ; Mervin Alexander, Président Asociación de Profesores de Dominica ; Oveniel Flores, Président Colegio Profesional Superación Magisterial Hondureño ; Frankson Marshall, Unión de Profesores de Granada ; Oswald Robinson, président Sindicato de Profesores de San Vicente y las Granadinas ; Sonia Rees, OECS ; Raúl Chacón, directeur KIX LAC ; Rosa Moncada, Dante Castillo, Ivana Zacarias, chercheur KIX LAC et Andrea Lagos, coordinatrice de la formation des enseignants – Domaine des politiques et pratiques innovantes SUMMA.

Le centre d’échange de connaissances et d’innovations (KIX) d’Amérique latine et des Caraïbes (ALC) est une initiative conjointe du Partenariat mondial pour l’éducation – PME – et du Centre de recherches pour le développement international (CRDI), qui rassemble divers acteurs de l’éducation. Le réseau régional est dirigé par SUMMA (Laboratorio de Investigación e Innovación Educativa para América Latina y el Caribe), et l’Organisation des États des Caraïbes orientales, et vise à contribuer au renforcement des systèmes éducatifs dans les pays partenaires : Dominique, Grenade, Guyane, Haïti, Honduras, Nicaragua, Sainte-Lucie et Saint-Vincent-et-les-Grenadines.

Le KIX met en relation l’expertise, l’innovation et les connaissances pour aider les pays en développement à construire des systèmes éducatifs plus solides et à progresser vers l’ODD 4 : une éducation de qualité inclusive et équitable pour tous.

Strategic partners

Loading...

Pin It on Pinterest